Culture Mode | Réflexion

L’envers du décor de la mode à petit prix

20 octobre 2017

L'envers du décor de la mode à petit prix

La mode n’est pas toujours ce que l’on croit…

Aujourd’hui, je voudrais mettre le doigt sur un sujet qui fâche. Un sujet dont il est bon de parler mais de ne surtout pas trop ébruiter, un sujet presque tabou, mais surtout un sujet qui fait des ravages tout autour de vous. Le ton sera un peu moins léger que d’habitude, mais j’espère réussir à vous faire réfléchir à deux fois avant votre prochain achat. Et le sujet du jour sera : les petits prix.

En tant que blogueuse, pas une semaine ne passe sans voir un article dédié à une sélection de vêtements à petit prix. L’offre est alléchante, mais on oublie souvent que la mode a ses travers.

Dans la mode comme dans tout, le prix a son importance. C’est grâce à lui que l’on vend, qu’on attire et qu’on épate les futurs clients. Objets de désir et expression d’un besoin dont on n’a pas réellement besoin, les promotions dans le prêt-à-porter ne s’arrêtent jamais vraiment pour le plaisir des consommateurs. Et ça, les marques l’ont bien compris : pour vendre, il faut brader. Comment en est-on arrivé là ? 

L'histoire du petit prixNous n’avons pas toujours vécu dans un monde où acheter des vêtements étaient un acte banal. Pendant longtemps, les familles cousaient leurs propres vêtements et n’avaient pas de garde-robes bien remplies (à moins d’être haut placé ou fortuné) comme l’on peut trouver aujourd’hui dans notre dressing. Un soin particulier était alors apporté au choix de la matière, de la coupe ainsi qu’à sa confection.

Dans les années 1830, une vague de nouveautés envahit la planète mode avec l’arrivée des premiers grands magasins. La façon de consommer la mode change petit à petit au fil des décennies et des siècles. On ne confectionne plus ses vêtements et on gagne du temps en achetant un produit fini, les prix baissent petit à petit et la mode devient accessible, la publicité indique aux consommateurs ce qui est en vogue, et surtout : on commence à attendre les soldes pour se faire plaisir.

C’est Simon Mannoury, le fondateur du « Petit Saint Thomas » (qui n’est autre que l’actuel « Bon Marché »), qui eut l’idée de casser les prix en fin/début de saison pour vendre plus facilement ses invendus. L’idée est bonne, bénéficie à tout le monde et deviendra le rendez-vous incontournable que l’on connait de nos jours ! Une formidable avancée dont, aujourd’hui, tout le monde profite encore davantage. Et c’est ainsi que la quête du petit prix commence…

À lire aussi : C’est quoi la mode ?

Détails de vêtement

Aujourd'huiÀ force d’en vouloir toujours plus pour toujours moins cher, les marques se sont adaptées. Elles ont fini par établir une stratégie pour vous faire consommer toujours un peu plus, autant pendant les soldes qu’en dehors. Aujourd’hui, les soldes sont détrônés par des promotions en tout genre toute l’année, des prix cassés, des « pré-soldes », des ventes privées et j’en passe. Sur le papier, cela vend du rêve. La vérité, c’est que bien souvent, il ne s’agit pas de « geste » de la marque pour le consommateur. Ce que voit la marque, c’est une opportunité de plus pour nous inciter à la surconsommation. Pour nous inciter à acheter ce dont nous n’avons pas besoin et ce qu’en temps normal, nous n’aurions pas acheté.

Avec l’arrivée des marques de fast fashion, payer un vêtement le même prix qu’un repas dans un fast-food ou une place de ciné est devenu normal. Nous nous permettons même, au sein de ces mêmes enseignes, de dire que tel ou tel vêtement est trop cher pour ce que c’est. Mais depuis quand est-on tous, sans exception, en mesure d’estimer le prix d’un vêtement ? Nous jugeons le travail des gens sans rien savoir et, à mon sens, ce genre de raisonnement est beaucoup plus problématique que ce que l’on pense. 

À lire aussi : Quand la fast fashion devient écoresponsable

Consciemment ou inconsciemment, nous sommes conditionnés par ces grandes enseignes. Elles nous ont habitués à leurs qualités de vêtements qui sont, malheureusement, les plus déplorables qui soient. À l’heure où je vous parle, combien d’entre vous peuvent réellement me dire ce que signifie un vêtement de bonne qualité ? Je suis sûre que nous sommes peu nombreux, et les marques en profitent. Détails de chaussures

Pourquoi les mentalités doivent changer ?

  • La pollution

Je pense que je ne vous apprends rien. L’industrie de la mode est une des industries les plus polluantes de la planète. Entre gaspillage de vêtements, tissus synthétiques, teintures et apprêts chimiques, la planète a du souci à se faire. Ce que nous savons un peu moins, c’est que cette pollution ne se répercute pas uniquement autour des usines textiles. Cette pollution venant de l’industrie du textile se retrouve également dans l’alimentation. Comment ? En partie à cause des teintures chimiques qui sont jetées dans les rivières puis absorbées par les sols. La pollution n’a pas de frontière, ne l’oublions pas !

 

  • La santé de tous les acteurs qui participent à la production et à la vente

Conséquence de la pollution, la santé. Comme je l’avais évoqué dans cet article, la situation est catastrophique pour la plupart des fabricants et sous-traitants qui sont exposés en permanence et sans protection aux produits chimiques, mais pas que ! Des fournisseurs aux consommateurs, en passant également par les vendeurs, nous sommes tous exposés à ses risques. Les substances chimiques traversent les pays sans problème. Elles sont même utilisées pour conditionner nos vêtements lors du transport jusqu’à leurs arrivées en magasin. Des symptômes, souvent les mêmes : infertilité, fausse couche à répétition, cancer, etc, et ce même en Europe. C’est glaçant, mais c’est réel.

 

  • Les créateurs et le savoir-faire

A force de petits prix, nous tuons l’artisanat. Je sais que mes mots sont forts, mais il s’agit bel et bien de la réalité (et j’en sais quelque chose). Aujourd’hui, il est très difficile pour un créateur de vivre de son activité. Ce n’est pas une question de talent, ni même de moyens car il est possible de faire quelque chose de formidable avec peu, mais plus une histoire de concurrence. Croyez-le ou non, la fast fashion fait une partie de sa fortune sur le dos des créateurs, notamment en copiant les designs de ces derniers. Lorsque ce design est produit en masse, à petit prix, comment est-il possible pour un créateur de lutter face à ce géant ? Le savoir-faire est quelque chose de précieux, mais jouer la carte de la qualité ne fonctionne plus face à notre cupidité.

 

  • Les marques s’adaptent à notre raisonnement

Le client est roi et les marques sont à votre écoute. Vous pensez que les prix sont trop chers ? Alors baissons-les ! Vous ne trouvez pas votre taille alors que vous avez vraiment craqué pour cette petite blouse volantée ? Alors produisons plus ! C’est en suivant cette même logique que les marques les plus prestigieuses s’adaptent pour pouvoir vous proposer leurs vêtements, soi-disant « invendus », à prix cassé en vente privée par exemple (je vous conseille de regarder ce reportage très intéressant sur le sujet pour en savoir plus).

N’oubliez pas que vous êtes le chiffre d’affaire des marques. Vous êtes ceux qui décident du succès ou du non-succès d’une marque (et cela va de même pour les créateurs).L'envers du décor de la mode à petit prix

Les alternativesAprès avoir dressé ce tableau noir, il est temps de vous dire que tout n’est peut-être pas rose, mais cela tend à le devenir !

  • Réapprendre à donner de la valeur à un vêtement 

Tout commence par là ! Nos vêtements n’arrivent pas comme par magie dans nos magasins préférés. Derrière chaque vêtement se cache une personne et une histoire. Cette personne n’est pas un robot sans âme, elle a consacré du temps pour confectionner le vêtement que vous désirez, et ça, c’est déjà beaucoup !

 

  • Les friperies

Les friperies ne sont plus les « dépôts-ventes » ringards d’il y a quelques décennies. Elles ont bien changé ! Maintenant, on y trouve de tout ! En plus de lutter contre le gaspillage de vêtements, on y fait de jolies découvertes, bien souvent uniques. Fans de vintage, vous savez où mettre les pieds !

À lire aussi : 7 astuces pour bien chiner en friperie + les bonnes adresses bordelaises et parisiennes

 

  • Soutenir les marques éthiques et les créateurs

Si vous voulez de la qualité (en terme de fabrication, de tissus, etc), il n’y a presque que chez les créateurs ou les petites marques que vous pourrez la trouvez. Sachez que ce n’est pas hors de prix, c’est le prix juste d’un bon vêtement. D’autant que de plus en plus de créateurs s’engagent pour faire de la mode dans le respect de l’environnement et des autres, alors autant en profiter !

À lire aussi : Des marques éthiques pour s’habiller tendance

 


Nous avons tous notre part de responsabilité. C’est un fait auquel personne ne fait exception, même pas moi qui vous écris cet article. J’espère vous avoir ouvert les yeux sur l’industrie de la mode, notamment en ce qui concerne les grosses enseignes car ce sont d’elles que nous sommes les plus friands mais qui, paradoxalement, font le plus de dégâts. Encore une fois, et comme je l’avais dit dans mon précédent article sur le sujet, chacun est libre d’acheter ce qu’il veut où il veut, mais essayons de ne pas acheter à outrance.

En plus de The True Cost (que vous trouverez sur Netflix ou sur le net) dont je vous avais parlé précédemment, je vous conseille plusieurs reportages dont un sur la toxicité de nos vêtements, un autre dédié au dessous des ventes privées et un dernier consacré à la face cachée d’H&M.


ET VOUS, QUE PENSEZ-VOUS DE L’INCESSANTE RECHERCHE DU PETIT PRIX ?

Suivez-moi aussi ici :INSTAGRAMFACEBOOKTWITTERPINTEREST

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest9Share on Google+0Email this to someone
  1. Gé-ni-al!!!!!!! Super article! Tu as le temps de le finir et merci pour moi, je me suis régalée. Ton article est vraiment très intéressant. Merci de diffuser ce message 👏🙏

    1. Merci beaucoup pour ce retour si encourageant ! 😀
      C’était vraiment important pour moi de faire cet article et de diffuser ce message. Cela nous concerne tous et pourtant, je trouve que ces informations ne sont pas assez relayées, alors si je peux y participer, c’est tant mieux !
      Bisous ♡

  2. Bravo pour ton article !
    Je ne cherche pas un vêtement « pas cher » en règle général (sauf, mea culpa, mes affaires pour travailler avec les chiens), je cherche une pièce qui va tenir plus d’une saison.
    Mon grand combat aussi c’est pour les chaussures. Je ne vois pas l’intérêt d’acheter une paire à 10€ mal taillée et qui va se détériorer au bout de quelques semaines.

    1. Merci beaucoup pour ce retour !
      Je pense que ce n’est pas « grave » d’acheter de temps en temps des vêtements (ou autres) pas chers tant que cela ne devient pas excessif 🙂 Moi-même, cela m’est arrivée (il n’y a qu’à voir les photos de l’article, j’y fais mon propre mea culpa haha).
      Je suis tout à fait de ton avis pour les chaussures ! D’autant plus que porter une mauvaise paire de chaussures au quotidien peut avoir des conséquences sur la posture, alors mieux vaut investir 🙂
      Merci de ta visite !
      Bisous

  3. Très bon article ! C’est vrai qu’on devient de plus en plus habitué à acheter pas cher au détriment de la qualité. Même si je trouve que les friperies et les marchés de créateurs redeviennent de plus en plus recherchés par les gens soucieux de la qualité du vêtement

    1. C’est vrai que les friperies reviennent sur le devant de la scène depuis quelques temps et de plus en plus de personnes préfèrent acheter chez le petit créateur du coin plutôt que dans les grandes enseignes, c’est plutôt bon signe je trouve 🙂 Malheureusement, je pense qu’il s’agit vraiment d’une minorité pour le moment, mais j’espère que les choses iront en s’améliorant !
      Merci de ta visite
      Bisous ♡

  4. Coucou, ton article est génial, et si tu me le permet je souhaiterais le partager sur ma page facebook BYNJ 😉 Je suis moi même entrain de travailler sur le lancement de ma collection de vêtement en tissu 100% recyclé, et après avoir commencé avec une entreprise de confection en Inde, car en France cela n’existe pas encore. Depuis presque 1 an je bosse avec une entreprise de confection française, c’est un vrai challenge et surtout un énorme casse tête. Car même si l’on souhaite être le plus écolo possible, le faire en France est très difficile, à se demander si les français veulent bosser, et surtout très très cher ! du coup réussir à vendre du 100% made in France est très difficile, car comme tu le dis, nous sommes tellement habitués à ne payer que quelques euros des vêtements « jetables » que l’on ne comprend plus la différence entre un vêtement fabriqué à haute vitesse/bas coût/sans éthique et un vêtement de meilleur qualité fabriqué avec éthique dans son pays tout en participant à l’économie locale … lol je suis un peu longue là 😉 belle journée

    1. Faire produire en France, c’est vrai que ce n’est pas toujours facile, mais je pense surtout que c’est dû au fait qu’il n’y a plus beaucoup d’ateliers en France à cause de la délocalisation, et que les seuls qu’il y a sont débordés car déjà très prisés par toutes les marques qui veulent un produit 100% made in France. Et surtout, ce n’est pas un secteur manque cruellement de main d’oeuvre mais qui n’embauche pour de multiples raisons :/ Bref, je peux comprendre que c’est un casse-tête de trouver un fabricant français ^^
      Pour ma part, je ne me suis jamais posée réellement la question étant donnée que je fais tout moi-même, et comme tu dis, c’est difficile de vendre du « made in France » ou du fait main, car les gens voient avant tout le prix et la forme, pas la qualité. C’est assez frustrant de devoir sans cesse justifier son prix, comme si le gage de qualité et le temps de travail ne valaient rien.. Mais bon, espérons que les choses s’améliorent avec le temps ! 🙂
      Merci beaucoup pour ce retour et comme je te l’ai dit sur FB, je serai ravie que tu partages mon article si tu en as l’envie ! 🙂
      Bisous

  5. J’aime beaucoup ton article et je pense que tu as raison sur toute la ligne. Je connais le sujet car était mineur sans trop d’argent c’est Vrai que le petit prix reste très alléchant mais je trouve que c’est une bonne idée d’en parler 😉 très bonne article j’adore 👌🏻

    1. En effet, je peux comprendre ton point de vue 🙂 Je pense que c’est tout de même essentiel de parler de sujets comme celui-ci car je trouve que malheureusement, on en entend pas assez parler. Pourtant, dans l’industrie de la mode (et surtout au sein des grosses enseignes), les vêtements sont parfois traités avec des substances toxiques qui peuvent nuire à la santé de tous, c’est tout de même assez grave, et je pense qu’on ne devrait pas en arriver là pour des vêtements et encore moins le passer sous silence :/
      Merci d’être passée en tout cas !
      Bisous ♡

  6. Tout à fait d’accord !
    Depuis que j’ai compris qu’il ne servait à rien d’accumuler des vêtements qu’on ne porte même pas, je revis.
    C’est notre responsabilité à tous de faire notre part en agissant à notre niveau : en achetant des vêtements avec d’autres critères de sélections que le low-cost ou le fashion : la qualité, l’éthique, le savoir-faire, la durabilité.
    Et là tu peux dire, oui j’aime vraiment les fringues (et la planète en prime)

    1. Exactement ! A partir du moment où l’on se remet en question sur sa consommation, on prend aussi conscience qu’on a une responsabilité dans ce qu’on achète. Et avec de la volonté, on peut agir à tous niveaux ! Il n’y a pas de « petits » efforts, chaque effort compte 🙂
      Merci d’être passée par ici !
      Bisous ♡

  7. Très bon article, je suis bien d’accord avec toi sur pas mal de points.
    Je vais continuer mon petit tour sur ton blog, mais je vien de voir que tu as instagram, donc je vais avant passer sur insta car j’aime bcp ton univers et tes photos(mon compte insta est Princesse_pivoine) 😉

    Rachel

  8. Article très intéressant et très complet ! C’est vrai que les distributeurs nous ont trop bien habitués à dépenser très peu pour s’habiller… En tout cas très peu à la fois, mais il faut racheter souvent, ça bouloche, s’avachit, se décolore etc.
    Très intéressant aussi l’aspect pollution Je m’en vais visiter l’article sur les marques éthiques.

    1. Tout à fait, on pense faire une affaire, mais au final, vu que le vêtement est fait pour ne pas durer, on rachète quelques mois plus tard. C’est un vrai cercle vicieux ! Et si l’on rajoute l’aspect pollution, santé, et condition de travail des fabricants, mieux vaut acheter une pièce un peu plus cher mais qualitative de toutes parts 🙂
      Merci de ta visite par ici !
      Bisous ♡

  9. Merci pour ce bien joli article!!!! Pendant longtemps, j’ai préféré payer moins cher mes habits. Mais j’ai eu une prise de conscience et dorénavant je préfère avoir moins de pièces mais de bonne qualité, réalisé dans des conditions respectant le droit des hommes etc…

  10. Un super article qui nous fait prendre conscience de la réalité des choses. Dans ce monde consumériste il est difficile de faire changer les mentalités. Aujourd’hui je n’achète plus pour acheté, mais seulement si mes vêtements sont abîmés.

    1. En effet, c’est difficile de faire évoluer les mentalités, d’où cet article, en espérant qu’il ouvre les yeux à certains. J’ai parfois l’impression que la plupart des gens ne se sentent pas concernés par ce problème car cela ne se passe pas forcément sous leurs yeux, et pourtant, ils en sont les principaux acteurs.
      En tout cas j’espère qu’il y aura de plus en plus de prise de conscience et que les choses iront en s’améliorant ! 🙂
      Merci de ta visite
      Bisous ♡

  11. j’ajouterai les conditions de fabrication et les misérables salaires que touchent à l’autre bout du monde femmes et enfants pour réaliser beaucoup de pièces des plus grandes marques mondiales ^^
    mais tu as bien raison, il faut acheter quand on a un réel besoin, et pas pour toujours plus enrichir des marques qui nous en inventent

    1. Tu as tout à fait raison de le rappeler ! J’y avais déjà consacré un précédent article, je l’ai donc un peu moins évoqué ici, mais oui, rien que l’aspect fabrication/salaire des fabricants est une bonne raison pour ne pas surconsommer, surtout au sein de ces enseignes 🙂
      Merci de ta visite !
      Bisous ♡

  12. Un article très utile, nécessaire car tellement banalisé. On est plus acteur qu’on le pense lorsqu’on a achète quelque chose. Lorsqu’on achète on vote pour que ce qu’on souhaite mettre en avant, quel modèle de vivre ensemble nous tentons de privilégier. Je suis créatrice de vêtements, accessoires et depuis presque 1 an blogueuse…je tente à ma manière comme toi de sensibiliser à cette industrie qui se trouve être la 2ième plus polluante au monde après celle du pétrole mais malheureusement, notre société occidentale et industrialisée ne trouve pas assez intéressant de diminuer cette consommation excessive et malsaine.

    Bravo pour ton article et j’espère que tu auras plus de retour car malheureusement ce qui est fort attractif pour l’instant sur les réseaux sociaux c’est les haul et autre unboxing.

    Passe une belle soirée et et continuer à en parler et mettre en avant…rendre attractif les alternatives.

    Marianne xxx

    1. Oh une créatrice ! 😀 Je ne peux que comprendre tout ce que tu dis ! J’avais lancé une collection de lingerie avec une amie il y a quelques mois, tout fait à la main, et beaucoup de gens étaient intéressés mais tous se sont arrêtés sur le prix sans comprendre pourquoi.. Pourtant, on était loin d’être les moins chers, et avec le recul je me rends compte qu’on a même un peu bradé notre travail. Aujourd’hui je pense sérieusement à me lancer « officiellement » seule, mais c’est assez frustrant de voir que les gens, en général, s’intéressent plus à Zaful ou d’autres sites dans ce style, car justement, ce n’est pas cher et en plus de ça ils sont conscients qu’ils ne vont pas recevoir de la qualité, qu’à des créateurs qui ont un vrai savoir-faire et la qualité qui va avec. … J’ai du mal à comprendre comment on peut dépenser son argent dans quelque chose dont on a aucune attente, mais ce n’est que mon avis
      En tout cas je vais continuer à en parler, il n’y a aucune doute ! Ce sujet me tient beaucoup trop à coeur et c’est important de faire passer ce message dont on entend trop peu parler !
      Belle journée à toi également 🙂
      Bisous ♡

  13. yeaaah! au top ton article ! tu as tellement raison, la société de consommation nous attire par des petits prix mais la qualité, hélas ne suis pas :/ pour ça que je ne fais plus beaucoup de shopping ou alors j’y met le prix. (ou alors, re-customisation d’anciennes fringues c’est cool aussi :D)
    je passe souvent par des créateurs pour tout ce qui est sacs et pochettes (ma favorite -> April and Me, je ne sais pas si tu connais mais elle fait des sacs/pochettes magnifiiiques)
    et on voit la différence, clairement 🙂

    Je te souhaite une excellente journée !
    Des bisouus !! <3

    1. Oh oui, la customisation, c’est chouette ! Je fais beaucoup ça en chinant des fringues vintage dans les friperies, et au final, cela coûte parfois beaucoup moins cher que de continuer à acheter dans les grandes enseignes 🙂 D’autant plus qu’on y trouve souvent de très très belles pièces à moindre coût ! Comme quoi, on peut faire des efforts à tous les niveaux !
      Je ne connais pas du tout April and Me, mais le nom me dit quand même quelque chose haha J’irai y jeter un coup d’oeil ! 😉
      Belle journée à toi aussi !
      Bisous ♡

  14. Très bon article qui fait prendre conscience des réalités, même si ce n’est pas facile de sortir la tête de notre bumme et de nos habitudes ! Je donne aussi pas mal de vêtements au lieu de les jeter !

    1. Je n’ai pas pensé à le mettre parmi les alternatives, mais tu as raison, c’est une très bonne idée de donner ses vêtements ! D’ailleurs, je ne sais pas si tu connais, mais dans le même genre, il existe aussi des conteneurs de recyclage de vêtements. S’ils sont trop abimés pour être donnés par exemple, cela permet de recycler le tissu entre autre 🙂
      Merci de ta visite !
      Bisous ♡

  15. Coucou miss 🙂
    Un super article qui nous fait prendre conscience de la réalité des choses. Il est top ton article, j’adore. Pleins de vérités, j’espère qu’il y aura de plus en plus de prise de conscience.
    Merci pour le partage.
    Bises.

  16. C’est bien vrai, on tient pour acquis des luxes qui sont devenus une banalité. D’un autre côté, c’est également beaucoup plus dur aujourd’hui de s’aligner au coût de la vie, personnellement je sais que je ne pourrais pas me payer des vêtements de créateurs régulièrement, et travaillant dans un milieu salissant et « destructeur de vêtements », j’ai besoin d’habits que je peux « sacrifier » ; ça m’embêterait un peu d’abimer une jolie tenue que je viens juste d’acheter en même pas une journée. Cela dit je comprends aussi que c’est devenu un véritable défi pour les artisans, et à l’avenir si je dois acheter pour de belles occasions, je ferai en sorte de préférer les créateurs aux grandes enseignes à bas prix ! 🙂 Merci beaucoup d’avoir souligné ce point important dans ton article !

    1. C’est vrai que dans ce cas-là, je comprends tout à fait que tu ne préfères pas mettre le prix dans un vêtement pour qu’il finisse abimer, c’est normal 🙂
      Après il ne s’agit pas d’acheter créateur tout le temps (même si c’est vrai que cela serait l’idéal, mais il faut pouvoir se le permettre aussi) mais surtout d’éviter de surconsommer, de systématiquement acheter le dernier vêtement tendance, que l’on retrouve bien souvent chez les enseignes de fast fashion, tout ça pour finir par le porter peu ou pas du tout. Je trouve ça tellement dommage et c’est un tel gâchis…
      En tout cas je suis contente que l’article t’ait plu !
      Merci d’être passée !
      Bisous ♡

  17. Super article ! Il est vraiment important de changer les mentalités à ce sujet là. C’est vrai que c’est attirant, et qu’il est souvent difficile de mettre le prix, mais l’éthique n’est vraiment pas présente, que du contraire. C’est beau de lire un article comme le tien, j’espère que les mentalités changeront dans le futur !

    1. Merci beaucoup ! 🙂 Je pense aussi que c’est un message important à faire passer, d’autant plus lorsque l’on tient un blog consacré à la mode. C’est tellement essentiel de ne pas parler que du bon côté de la mode alors qu’elle a tant de progrès à faire encore d’un point de vue éthique !
      En tout cas merci de ta visite, ça me fait très plaisir !
      Bisous ♡

  18. Hello ! Merci à Naturellement Green de m’avoir fait découvrir ton blog 🙂 Je suis tout à fait d’accord avec toi c’est triste de ne plus se soucier que d’avoir seulement pleins de nouvelles tenues branchées tous les jours mais qui ont des terribles conséquences… Et oui les artisans et les salariés exploités l’ont dans l’os. Mon optique : consommer moins mais mieux. J’ai d’ailleurs écrit un article sur The True Cost et un autre sur la surconso (comment j’ai arrêté de surconsommer…) Ouvrir les consciences, je dis oui ! Merci pour ces précieuses infos et toutes ces références. Belle journée

    1. Je suis ravie que tu aies atterri sur mon blog par son biais ! Merci à elle d’avoir partagé l’article 😀
      Pour ma part, je suis persuadée qu’on peut être branché, à la mode et pour autant ne pas surconsommer. Certes, cela mérite peut-être d’être un peu plus inventif, mais avec un peu de volonté, c’est tout à fait faisable ! 🙂
      Je me note d’aller voir tes articles sur The True Cost et sur la surconsommation !
      Merci beaucoup d’être passée !
      Bisous ♡

  19. Quel article plein de vérité ! J adore ! C’est bien que tu prennes la parole sur ce genre de choses !
    Tu as raison avant on ne consommait pas autant. Quand j’entend ma grand mère me dire qu’elle a garder un manteau 5 ans pour pouvoir rembourser le crédit de sa maison je réalise un peu. Du coup j’essaie de donner de l’importance a les vêtements, et je chine sans arrêt. Malheureusement j’achète encore dans des grosses marques de la fast Fashion.. Je pense que quand j’aurai un salaire ce sera plus facile haha

    1. Exactement, comme tu dis, il faut apprendre à donner de la valeur à un vêtement et les friperies aident beaucoup à ça ! À partir de là, notre consommation ne peut qu’évoluer positivement !
      En tout cas je suis ravie que l’article t’ait plu, je pense vraiment faire davantage d’articles dans ce style et la manière de présenter des looks et des tendances va aussi changer petit à petit à l’avenir 🙂
      Merci de ta visite
      Bisous ♡

  20. Merci pour ton article, qui me permet de me conforter et me motiver dans mes efforts pour responsabiliser mon dressing. J’ai longtemps été adepte de la fast-fashion, parce que c’était quelque part presque culturel chez moi (j’ai été habillée et élevée à coups de promos gigantesques), et qu’on ne se posait pas toutes ses questions aussi facilement avant, du moins, dans mon quotidien. La blogo sur ce point, m’a fait beaucoup évolué. Je suis en train de faire un grand tri dans mon dressing (trop envahi), de donner, de revendre, avec la volonté de posséder moins de pièces, mais de meilleure qualité, et plus éthiques. Tu le dis très bien, on a pas besoin de tout ça. J’essaie d’avoir plus de pièces basiques, qui ne me lasseront pas rapidement, et qui ne s’useront pas aussi facilement aussi.

    1. Tu as tout à fait raison quand tu dis que la fast-fashion est « culturelle ». Au final, c’est vrai que c’est un peu ancré dans nos habitudes, d’autant plus lorsqu’on est jeune car on ne se pose pas toutes ces questions, on veut juste faire « comme tout le monde », et c’est normal 🙂
      Je dois avouer que la blogo a aussi été un des éléments déclencheurs pour ma part alors que pourtant, étant dans le milieu de la mode, j’aurais dû être la première à me poser des questions. Mais bon, il n’est jamais trop tard pour en prendre conscience !
      Et puis je suis persuadée qu’il est possible d’aimer la mode en étant respectueux de l’environnement et de tous les acteurs de la fabrication. Ce n’est qu’une question de volonté et de réflexion sur sa propre consommation et ses propres besoins 🙂
      Merci beaucoup d’être passée par ici !
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *